KOMETRIB Section Jeunes : site officiel du club de foot de FC Kindwiller, FC Obermodern, US Ettendorf, FC Ringendorf, US Imbsheim, US Bouxwiller - footeo

Gros plan sur Maxime RINIE

8 novembre 2011 - 21:39

Cette semaine, Gros plan sur Maxime RINIE, Quatre licences et une vocation

Source : DNA

Division d’honneur Gros plan sur Maxime Rinié

Quatre licences et une vocation

Même s’il travaille à la Ligue d’Alsace, Maxime Rinié a déjà été expulsé. « C’était pour un deuxième avertissement et j’avais eu honte. C’est la preuve que je ne suis pas protégé. »  Photo DNA – Michel Frison

Même s’il travaille à la Ligue d’Alsace, Maxime Rinié a déjà été expulsé. « C’était pour un deuxième avertissement et j’avais eu honte. C’est la preuve que je ne suis pas protégé. » Photo DNA – Michel Frison

Il a tout juste 22 ans et, dans sa poche, déjà quatre licences. Sa première est scolaire, les trois autres sont liées à sa passion du ballon rond. Depuis un peu plus d’un an, Maxime Rinié est également salarié de la Ligue d’Alsace.

Il a un emploi du temps où l’ombre n’existe que très peu. 35 heures légales à la LAFA, où il est « très, très fier de travailler » et s’occupe de tâches administratives et du Challenge U15 “J’ai rêvé le foot”, et puis… tout le reste.

Le plus simple, c’est d’essayer de suivre Maxime Rinié. Ce samedi, il était à 17 h sur la pelouse du stade Albert-Schweitzer d’Illkirch-Graffenstaden pour y affronter la FAIG, habillé de la tenue de l’US Reipertswiller (il a inscrit l’un des buts de son équipe qui s’est imposée 5-4), avec sa licence de joueur. Et d’une !

Coïncidence du calendrier, c’est sur le même terrain que les U17 de l’Entente Komet (1) jouaient deux heures plus tôt. Il était alors assis sur le banc de touche, avec sa licence d’éducateur. Et de deux !

Quant à dimanche, il a peut-être fait un crochet pour voir évoluer l’US Rosteig, dont son père est président et où il a sa licence de dirigeant. Et de trois !

Il appellera certains de ses copains d’enfance ou de banc d’école pour en faire des coéquipiers

Quant à sa licence européenne de Marketing, elle fait légèrement intruse dans ce paysage. Mais bon… Et de quatre !

Le week-end terminé, dès qu’il quitte son bureau de la LAFA, il va s’entraîner, entraîner ou diriger des réunions. Lundi soir, mardi soir, mercredi soir et jeudi soir, c’est le même rituel.

« Le vendredi fait parfois exception. Je m’arrange pour ne pas avoir trop de réunions », sourit le joueur de l’US Reipertswiller.

« Bénédicte, ma compagne depuis six ans, comprend ma passion. J’ai de la chance. »

Vous l’aurez assimilé, Maxime est très foot. Il est né à Ingwiller, il est le fils de Rachel et Christophe, l’aîné de deux frères footballeurs (Romain, 18 ans, passé par le Racing, est désormais son coéquipier et Antoine, 13 ans).

Il s’est surtout vite emparé d’un ballon, paré d’un maillot et grandi posé sur des crampons.

« À l’école, quand la récréation arrivait, j’organisais les matches déjà. J’avais cinq ans. »

Treize ans plus tard, il appellera certains de ses copains d’enfance ou de banc d’école pour en faire des coéquipiers et monter une équipe de jeunes à Rosteig, son village.

« Certains n’avaient jamais touché un ballon de foot. Je jouais avec eux en U18 et en D2 départementale. »

Et puis, à la maison, entre le papa, les oncles, les cousins, le grand-père, le football était l’incontournable sujet de discussions.

« Très vite, quand on voulait savoir un truc sur un joueur ou savoir un règlement précis, on se tournait vers moi. En plus, mes cadeaux d’anniversaire et de Noël étaient souvent un maillot de foot. »

En disant ça, le jeune homme qu’il est encore ne se sépare jamais de son sourire.

Lui, tout en jouant à Obermodern, à 30 minutes de la maison familiale, intégrera la section foot du lycée Jean-Monnet à Strasbourg, un peu plus loin encore.

« J’ai la chance d’avoir des parents extraordinaires qui passaient leurs loisirs à me servir de chauffeur, à moi puis à mon frère. »

Il dit que l’internat, fréquenté un an, lui a forgé « un caractère » et a participé à sa faculté d’étirer ses journées. « Très tôt, j’ai eu l’envie d’avoir des responsabilités, de manager un groupe. Jouer ne me suffisait pas. »

Aujourd’hui, tout en s’occupant des U17, il a été nommé par Patrick Schneider responsable sportif de Komet, l’école de foot basée à Obermodern.

Il doit parfois trancher dans le vif

« Je dois écouter les parents, parfois trancher dans le vif certaines situations délicates. Je n’ai que 22 ans, le plus jeune des entraîneurs en a 34 », dit ce détenteur du diplôme d’animateur senior.

À Rosteig, après avoir poussé son père à prendre la présidence du club en 2008 « pour éviter sa disparition », il est devenu dirigeant pour l’aider.

« Je le lui avais promis. Je suis dans l’ombre, je m’occupe des licences, des fêtes que nous organisons comme le challenge Antoine Staub, des tombolas, etc. »

Et puis, il y a Reipertswiller, puisque Maxime est joueur sur plein de terrains. « Je suis passé de Rosteig et de la D2 à la DH en quelques mois. C’est Philippe Rosenfelder qui est venu me chercher, le président Riffel ne me connaissait pas. C’est un bonheur de le fréquenter, il est généreux. Je suis parti pour rester », souffle Maxime Rinié.

Il dit qu’il s’inspire des méthodes d’Eric Becker, son coach à Reipertswiller, pour parler à ses jeunes à Obermodern.

Il n’a pas fini de grandir, un ballon au bout de son regard et des idées plein la tête. Le football prend, « avec la famille », toute la place. « Mon rêve est de passer ma vie à le servir. »

Il est juste arrivé à l’âge où on commence à les réaliser, comme une évidence.

(1) Komet est une Entente constituée entre les villages de Kindwiller, Obermodern, Menchhoffen et Ettendorf

Commentaires

Jérôme SCHNEIDER 10 novembre 2011 20:17

Quelle classe !!!!!

Staff
MAXIME RINIE
MAXIME RINIE 9 novembre 2011 08:38

Merci Beaucoup Cédric !! A ce soir et j'espère tant une nouvelle victoire qui ferait énormément de bien...

Cédric LUTZ 8 novembre 2011 22:18

Un fou ce maxime !!!! Fier de partager notre passion ensembles depuis 2 ans !!!!! ;)

  • Sandra RIEHL
    19 novembre

    Sandra RIEHL

    Supporter

    42 ans

  • Michel WENDLING
    12 novembre

    Michel WENDLING

    Entraîneur

    44 ans

  • Pascal Scholler
    26 novembre

    Pascal Scholler

    Supporter

    44 ans